Accueil / Découvertes  / Les îles de Madère, le secret le mieux gardé des Portugais

Les îles de Madère, le secret le mieux gardé des Portugais


Passionnés de voyages, avez-vous déjà entendu parler des îles de Madère? Il s’agit d’une région autonome du Portugal reconnue notamment pour son vin et son délicieux climat subtropical. Dans cet archipel luxuriant qui s’étend au large de la côte nord-ouest de l’Afrique, c’est l’océan Atlantique Nord qui façonne tous les aspects de la vie depuis des siècles.

En vedette dernièrement sur le prestigieux site américain Travel + Leisure, VDA vous propose un survol de ces îles qui ne seront bientôt plus un secret…

Vous aimerez également : Au Portugal, ce nouveau pont pédestre suspendu est le plus long du monde

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est madeira-1-1024x686.jpg.

Dame Nature portugaise

Au cœur de l’Atlantique, les îles de Madère et de Porto Santo sont un paradis naturel. Ayant comme toile de fond le bleu de la mer et le vert émeraude de la végétation, cet archipel abrite la plus grande forêt laurifère du monde.

La température printanière qui y règne toute l’année ne peut que vous inciter à pratiquer des activités en plein air. Vous pouvez faire des randonnées pédestres en profitant du réseau des chemins des « levadas » (petits canaux d’irrigation creusés dans la roche), visiter la ville de Funchal à pied et découvrir ainsi le patrimoine lié à l’époque des Grandes Découvertes, ou alors parcourir l’île en toute liberté. Les excursions en bateau sont une excellente façon d’admirer le littoral et d’en avoir une autre perspective.

Petite histoire

En 1419, lorsque les marins portugais sont arrivés sur cette île alors inhabitée de l’Atlantique Nord, à environ 500 milles des côtes africaines, ils ont été impressionnés par la couverture dense de verdure. Même aujourd’hui, après 600 ans d’empiétement humain, leur stupéfaction est facile à comprendre. La variété de la flore est stupéfiante, avec des bosquets d’acajou locaux, des peuplements de muguet indigène, et une forêt de laurier, la plus grande relique de végétation encore vivante qui couvrait une grande partie du sud de l’Europe il y a au moins 15 millions d’années.

Mais ces marins du XVe siècle étaient peut-être indifférents à ce qui est pourtant le plus frappant : la présence insistante de l’océan. Madère – la plus grande île d’un archipel du même nom – est si escarpée que, même à l’intérieur des terres, l’eau est partout.

Photo by Alex Meier

Funchal

Dans la capitale, Funchal, sur la côte sud, les hôtels et les restaurants profitent pleinement d’une vue dont on ne se lasse jamais. Mais en se promenant sur les trottoirs décorés de mosaïques traditionnelles crème et noir, on se laisse distraire les interstices entre les bâtiments qui offrent des reflets de bleu mouvants.

Et le vin!

L’Atlantique a une incidence sur le climat, la faune et la nourriture.

Et il s’avère qu’il n’y a pas de meilleur endroit que Madère pour boire du vin de Madère.

La richesse de Madère

L’Atlantique a façonné l’existence de ce vin. Et le vin, la principale exportation de Madère depuis plus de 400 ans, a profondément changé le destin de sa patrie.

Pendant des siècles, jusqu’à l’arrivée du transport aérien, presque tout le monde s’est arrêté à Madère. Colomb a vécu brièvement sur l’île. Le capitaine Cook y a fait une pause pour se ravitailler, a navigué jusqu’à Rio de Janeiro et à Tierra del Fuego, et a fini par planter un drapeau britannique dans l’est de l’Australie. En route vers l’Amérique et les Indes occidentales, les commerçants et les explorateurs ont acheté des barils de vin de Madère et ont découvert qu’il ne survit pas seulement à un voyage en mer; il s’améliore. L’acidité perdure, le goût de noisette et de caramel s’approfondit. À une époque où le vin qui voyageait arrivait habituellement sous forme de vinaigre, c’était incroyable. Et les habitants se sont enrichis grâce à la résilience de leur vin.

Un coin de paradis

Somme toute, la richesse de l’île de Madère, c’est sa nature. Et si l’effort physique n’est pas trop votre truc, alors contentez-vous d’un bon bol d’air frais (ou d’un verre d’un excellent vin) dans les jardins luxuriants. Et n’oubliez pas de faire un tour de téléphérique : Madère se déguste le mieux en hauteur.

Article inspiré et traduit librement d’une publication de Travel + Leisure


maude.mainguy@voyagesdaujourdhui.com

Maude Mainguy est d’abord voyageuse, ensuite traductrice. Bachelière en création littéraire et titulaire d’une maîtrise en rédaction, elle est tombée amoureuse des cultures étrangères après avoir passé quelques mois en Europe. Plusieurs escapades et séjours prolongés à l’international plus tard, sa passion des voyages ne tarit pas. Son plus grand plaisir (outre déguster du tzatzíki sur une plage de Grèce)? Faire découvrir de nouvelles destinations de par sa plume.