Accueil / Nouvelles  / Moins risqué à l’intérieur d’un avion qu’à l’extérieur, selon de récentes études

Moins risqué à l’intérieur d’un avion qu’à l’extérieur, selon de récentes études


La semaine passée, La Presse rapportait les résultats de trois études présentées simultanément lors d’une conférence de presse organisée par l’Association internationale du transport aérien (IATA), qui regroupe les plus grands transporteurs aériens du monde. Verdict : le risque de contracter la Covid dans un avion est moindre que celui d’être frappé par la foudre!

En se basant sur les résultats des milliers de vols depuis le début de la pandémie, l’IATA a recensé à peine 44 cas d’infection à bord d’un avion, sur 1,2 milliard de passagers, soit 1 pour chaque tranche de 27,3 millions de passagers.

Vous aimerez également : Air Canada finalise sa commande de trousses de dépistage rapide récemment approuvées

Selon Boeing, « le design de la cabine et du système de ventilation crée l’équivalent de plus de 7 pieds de distance physique entre chaque passager », cela en tenant compte du port du masque.

Ce n’est pas tout. Des essais menés par Embraer ont démontré qu’« à peine 0,13 % du volume d’air expulsé par un passager qui tousse risque de se retrouver dans le champ d’air respiré par un autre passager à bord d’un avion, même sans masque. Le pourcentage tombe à 0,02 % avec le port du masque. »

De son côté, Airbus calcule que sur les 10 000 gouttelettes expulsées par un passager pris d’une toux, seulement 5 risquent de se frayer un chemin jusqu’au système respiratoire du passager voisin à un mètre de distance. Ces données sont valables à condition qu’ils portent tous les deux un masque.

Si la scène se passait plutôt à l’extérieur d’un avion, on parle plutôt de 10 gouttelettes absorbées par le même passager (donc le double), s’il était à six pieds du tousseur, distance généralement considérée comme sécuritaire sans masque.

« De premiers indices de l’apparente sécurité des vols en avion étaient apparus dès le printemps. Les raisons évoquées alors étaient les mêmes que dans les études présentées jeudi : renouvellement de la masse d’air jusqu’à quatre fois plus fréquente que dans un édifice normal, filtres puissants, circulation d’air du haut vers le bas, barrière physique créée par les sièges, etc. » indique La Presse.


info@voyagesdaujourdhui.com

Marjorie D. Lafond est la fondatrice de Voyages d’Aujourd’hui. Bachelière en études littéraires et détentrice d’une maîtrise en enseignement, elle se spécialise désormais en tourisme et art de vivre. Sa passion du voyage l’a menée à s’envoler vers plusieurs destinations et alimente aujourd’hui sa mission de vous partager l’actualité locale et internationale ainsi que ses meilleures découvertes. Cette ancienne conseillère en voyages a aussi publié plusieurs romans et guides.